BIRA 50 jaar
Deze website in het Nederlands bekijkenView this website in English Zoeken

Détection exceptionnelle de SO2 due à la combustion de mines de soufre en Irak

L'Institut royal d’Aéronomie Spatiale de Belgique (BIRA-IASB) surveille les émissions mondiales de SO2 volcaniques en temps quasi réel grâce à son service d'appui au contrôle aérien (SACS).  Financé par l'ESA, ce service intègre les mesures satellitaires d'une constellation de sept senseurs UV-Visible et infrarouge.

L'objectif initial de SACS est de fournir un support en ligne pour la gestion du trafic aérien (en cas d'éruption volcanique) au moyen de notifications par courrier électronique et d'images satellites. Bien que le système ait été optimisé pour la détection précoce de panache volcanique, de fortes émissions anthropiques de SO2 qui se produisent à de nombreux endroits du monde peuvent occasionnellement déclencher une notification SACS.

 

Panache de SO2 très inhabituel

Le 24 Octobre 2016, à 07:08 UTC, l'instrument GOME-2/MetOp-A exploité dans le système SACS, a détecté un panache très inhabituel de SO2 au-dessus de l'Irak, de la Syrie et de la Turquie et a notifié automatiquement les utilisateurs abonnés, environ 2 heures après que la mesure ait été effectuée. Cette notification a été confirmée quelques heures plus tard par l'instrument OMI qui a observé une augmentation des émissions locales de SO2 dans la zone (voir figure 1 à gauche).


Map SO2 detection
Figure 1: Détection de panache de SO2 par l'instrument OMI au-dessus du Moyen-Orient le 24 Octobre (à gauche, télécharger en Hi-Res PNG) et le  25 Octobre 2016 (à droite, télécharger en Hi-Res PNG). La masse totale estimée de SO2 est d'environ 75 kT. 


Cette détection exceptionnelle de SO2 est due à la combustion de la mine de soufre d'Al-Mishraq par les troupes. Cet acte volontaire a conduit à la libération massive d'espèces chimiques soufrées dans l'atmosphère pouvant être détectées à partir de l'espace. 


Intoxication

La formation consécutive d'acide sulfurique dans l'air (voir figure 2) a eu de graves répercussions sur la qualité de l'air dans une grande partie du nord de l'Iraq, plusieurs civils sont morts et un grand nombre de personnes ont été intoxiquées et traitées pour des problèmes respiratoires. C'est la première fois qu'une telle détection de SO2 est surveillée par notre service.


Figure 2: image Sentinel-3 OCLI le 22 octobre 2016 au-dessus de l'Irak (crédit: ESA). Le panache blanc provenant de l'usine d'Al-Mishraq est typique des aérosols de sulfate qui diffusent la lumière. Également visible sur l'image, le panache de fumée brun peut être attribué à la combustion des champs de pétrole de Qayyarah. 

 

Depuis cette première détection de SO2 par GOME-2 le 24 octobre, SACS et ses sept instruments ont continué à surveiller le déplacement du panache de SO2:

  • se déplaçant d'abord sur le côté nord-est de l'Irak (voir Figure 1 à droite)
  • passage sur l'Iran et la mer Caspienne (les 25-26 octobre)
  • puis sur le Kazakhstan (27 octobre)
  • puis s'est déplacé vers l'est au-dessus du sud de la Russie 


Contact:

 

 

 

 

 

 

Link naar de website van het Federaal Wetenschapsbeleid
Link naar de Federale Portaalsite