Skip to main content

Physique spatiale

La physique spatiale étudie le Soleil, les particules et les radiations qu'il génère, ainsi que leurs effets sur les planètes. Cette discipline, appelé météo spatiale, étudie le vent solaire ainsi que son interaction avec la Terre et son espace proche.

L'IASB possède une vaste expertise dans les domaines suivants:

  • modélisation du comportement dynamique de la magnétosphère terrestre
  • son couplage avec l'ionosphère, qui se manifeste par l'aurore

Ces études sont bien ancrées dans les observations fournies par les missions spatiales de l’ESA telles que Ulysses ou Cluster.

Nous sommes heureux de pouvoir vous présenter un nouveau film d'introduction, dans lequel l'Institut royal d'Aéronomie Spatiale de Belgique est présenté sous toutes ses facettes. Découvrez les nombreux domaines de recherche et les défis sociétaux dans lesquels l'Institut est actif
Les quatre vaisseaux spatiaux européens Cluster fêtent leur 20e anniversaire cette année. Nous nous penchons sur les découvertes scientifiques que l'IASB a fait avec les données recueillies par la mission Cluster.
Deux CubeSats belges, PICASSO (de l’Institut royal d’Aéronomie Spatiale de Belgique) et SIMBA (de l’Institut Royal Météorologique), ont été lancés simultanément avec une cinquantaine d'autres petits satellites sur le vol européen inaugural Véga SSMS.
Les scientifiques belges peuvent détecter les météores et les météorites qui tombent en Belgique ou dans ses environs. Le Musée des sciences naturelles de Bruxelles possède six météorites qui sont tombées en Belgique.
Une équipe de scientifiques et un ingénieur de l'IASB se sont rendus en Norvège afin de tester deux instruments capables de détecter la polarisation de la lumière des aurores.
Le récit personnel d'Emmanuel Dekemper sur la mission de l'équipe de l'IASB en Norvège pour étudier la polarisation de la lumière, pour aunsi étudier le champ magnétique terrestre.
Cette découverte explique pourquoi les comètes semblent avoir peu d’azote : l’azote est piégé dans ces composants qu’on ne peut pas détecter à partir de la Terre.
La mission “Comet Interceptor”. Il s’agit d’une nouvelle mission vers une comète, une suite à la mission Rosetta.