Skip to main content

Services atmosphérique

L'IASB génère des services et des produits scientifiques de haute qualité qui répondent aux besoins de la communauté des utilisateurs, dans tous ses domaines de recherche dans l'atmosphère. Des services tels que:

  • Les avertissements d'émissions volcaniques
  • L'analyse globale et les prévisions de la qualité de l'air
  • Les prévisions de l'ozone stratosphérique
  • L'indice UV solaire
  • Les prévisions de la dose de rayonnement accumulée
  • Les services de météorologie spatiale

L'IASB participe activement aux évaluations scientifiques du WMO/UNEP sur l'appauvrissement de la couche d'ozone. Il est aussi fortement impliqué dans les rapports d'évaluation du GIEC.

Nous sommes heureux de pouvoir vous présenter un nouveau film d'introduction, dans lequel l'Institut royal d'Aéronomie Spatiale de Belgique est présenté sous toutes ses facettes. Découvrez les nombreux domaines de recherche et les défis sociétaux dans lesquels l'Institut est actif
Une étude de synthèse d'ICOS décrivant l'empreinte de la sécheresse de l'été 2018 en Europe au moyen de mesures du CO2.
L'instrument satellitaire TROPOMI a détecté une diminution de la pollution par le dioxyde d'azote dans le monde entier pendant le confinement. Dans certaines régions de Chine, la pollution par le dioxyde d'azote semble avoir augmenté à nouveau, montrant même une légère augmentation par rapport aux années précédentes.
Le plus grand trou dans la couche d'ozone jamais enregistré au-dessus du pôle Nord. De conditions météorologiques inhabituelles sont à l'origine.
Nous aimerions penser que la qualité de l'air s'est considérablement améliorée depuis que les mesures de confinement du Coronavirus ont commencé, mais, comme toujours, la réalité est complexe. Voici quelques faits scientifiques concernant la pollution et la qualité de l'air. On s'attend principalement à ce que le dioxyde d'azote diminue un peu en raison de la baisse du trafic automobile.
Le 'lockdown' de plusieurs villes de la province chinoise du Hubei a un impact sur la qualité de l'air.
Les instruments spatiaux et terrestres peuvent détecter ces incendies depuis l'espace, dans le cadre du programme d'observation de la Terre Copernicus coordonné par la Commission européenne.