Skip to main content

Les vaches qui broutent ont un effet sur les émissions de COV par les prairies

Research Topic Chapter
News flash intro
Bien que la moitié des terres agricoles mondiales soient des pâturages, les émissions de composés organiques volatiles (COVs) induites par le broutage n’ont pas encore été mesurées. Des chercheurs de l’IASB ont donc étudié l’échange de COVs entre un pâturage et l’atmosphère à un site Wallon du réseau ICOS à Dorinne. Ces mesures ont montré que les flux induits par le broutage différent sensiblement de ceux en absence de broutage et durent généralement entre 2 et 3 jours. Ils étaient en général de un à deux ordres de grandeurs plus faibles que les émissions associées aux récoltes.
Body text

Bien qu’il s’agisse d’écosystèmes très répandus à l’échelle mondiale, les informations sur les émissions de COVB provenant des prairies sont encore rares.

Par conséquent, des chercheurs de  l’IASB (du groupe de spectrométrie de masse) et de Gembloux Agro-Bio Tech (Université de Liège, http://www.gembloux.ulg.ac.be/biodyne/Gembloux Agro-Bio Tech (University of Liège)) ont récemment mené une étude de terrain à long terme sur les échanges de COV entre une prairie aménagée et l'atmosphère à la station de mesure ICOS à Dorinne (Belgique) dans le cadre du projet CROSTVOC (FNRS).

Les mesures de flux de COVB, de CO2 et de H2O à l'échelle de l'écosystème ont été réalisées à l'aide de la technique de l’eddy covariance (voir figure 1) et ont été alternées par des mesures de flux en chambres dynamiques automatisées (voir figure 2). Dans les deux approches, un instrument de spectrométrie de masse en ligne rapide et sensible (PTRMS) a été utilisé comme analyseur de COV.

Le pâturage des vaches en rotation

Comme le pâturage des vaches est censé induire des émissions de COV par les plantes en réaction aux blessures subies par le broutage , les chambres ont été utilisées pour étudier l'effet de ce type de stress biotique sur les émissions de COVB dans des conditions naturelles.

Les mesures ont révélé des émissions induites de plusieurs alcools, aldéhydes et cétones, qui n'ont toutefois duré que quelques jours après les événements de pâturage. Dans l’ensemble, il a été estimé que le pâturage en rotation était une source de COVB moins importante que la coupe et le séchage de l’herbe sur le terrain. Il est clairement nécessaire de disposer de plus de données dans différentes régions du monde pour bien évaluer l’impact de ces pratiques de gestion des prairies sur les flux de COVB.

 

Figure 2 body text
Figure 2 caption (legend)
Figure 2: Disposition de chambres dynamiques montrant deux parcelles, utilisées alternativement pour le pâturage par les vaches et comme contrôle. Les clôtures ont été ouvertes et les cuvettes ont été retirées temporairement avant le pâturage et les mesures ont démarrés environ deux heures après le pâturage.
Figure 3 body text
Figure 3 caption (legend)
Figure 1: Mât de Eddy covariance avec un anémomètre sonique et des lignes de prélèvement de gaz.