Skip to main content
2020-02-24

Il fallait s'attendre à ce que les effets du virus corona sur la qualité de l'air en Chine ne soient pas moindres. Le 'lockdown' de plusieurs villes de la province chinoise du Hubei, qui a commencé le 23 janvier 2020, a stoppé toute une communauté. L'impact sur la qualité de l'air, du fait de la forte réduction de la combustion de combustibles fossiles, est clairement perceptible depuis l'espace avec l'instrument TROPOMI. Le Nouvel An chinois et la période des vacances qui suit causent chaque année une baisse à court terme des émissions de NO2, mais la baisse a commencé plus tôt cette année, s'est beaucoup accélérée et dure plus longtemps. Les niveaux de pollution atmosphérique au NO2 au-dessus des grandes villes de Chine ont diminué de 30 à 50% par rapport à une période comparable l'an dernier.

Wuhan lockdown

Wuhan est la capitale de la province du Hubei, le cœur industriel de la Chine. Le 23 janvier 2020, 2 jours avant la célébration du Nouvel An chinois, le gouvernement chinois a imposé un 'lockdown' à Wuhan et dans d'autres villes de la province du Hubei, afin de mettre en quarantaine l'épicentre d'une épidémie de la maladie à virus corona 2019 (COVID-19). Une grande ville de pas moins de 11 millions d'habitants était paralysée.

La célébration du Nouvel An chinois provoque une baisse notable à court terme des émissions de NO2 chaque année. La Chine est en vacances pendant une semaine, l'industrie est à un rythme très lent, le trafic est réduit. Le site web sur le climat CarbonBrief montre que la production d'électricité à partir du charbon chute généralement de 50% en moyenne dans les 10 jours suivant la veille du nouvel an chinois. Mais contrairement aux autres années, lorsque la production de charbon est généralement revenue à son niveau normal après 20 jours, la tendance se poursuit un mois plus tard cette année en raison du lockdown.

Conséquences pour la qualité de l'air

Le NO2 est un gaz qui s'introduit dans l'atmosphère lors de toutes sortes de processus de combustion, comme dans le moteur d'une voiture, dans les chaudières de chauffage, dans l'industrie ou dans les centrales électriques. Le NO2 troposphérique est donc un indicateur important de la pollution atmosphérique.

Le capteur TROPOMI à bord de la plateforme Sentinel-5 Precursor mesure quotidiennement et à l’échelle mondiale la composition de l'atmosphère à une résolution spatiale sans précédent. Cela nous fournit également des informations cruciales sur la qualité de l'air au-dessus de la Chine, et en particulier au-dessus des villes telles que Wuhan ou Nanjing, l'une des villes de la chaîne de pollution autour de Shanghai.

Evolution of NO2 emissions over three large Chinese cities in the period 2018-2020..
Série temporel de NO2 troposphérique mesuré par TROPOMI au-dessus de trois grandes villes chinoises (Wuhan, Nanjing et Shanghai) sur une période de 2 ans (orange / rouge pour cette année, 2019-2020; bleu pour l'année dernière 2018-2019). Les concentrations sont des valeurs moyennes sur un cercle d'un rayon de 50 km autour de ces villes, à l'aide d'un filtre nuageux modéré. Les lignes complètes sont une médiane mobile en 30 jours.Les lignes verticales indiquent le jour du Nouvel An chinois.

Les observations de NO2 par l'instrument TROPOMI confirment la tendance à la baisse de l'utilisation des énergies fossiles. La série chronologique des concentrations troposphériques de NO2 au-dessus de Wuhan et de Nanjing montre que les concentrations jusqu'à la fin de 2019 (lorsque les premiers cas de virus corona ont été signalés) étaient toujours comparables à celles de 2018. Mais alors que la concentration de NO2 au-dessus de Wuhan, le épicentre du virus corona, qui n'a commencé à décoller autour du Nouvel An chinois que le 5 février 2019 l'an dernier, il dégringole déjà à partir de fin décembre 2019 cette année, à un pas très rapide. Les minima finalement atteints sont inférieurs d'environ 50% à ceux de l'an dernier. Alors que les activités normales reprennent généralement après 1 à 2 semaines après le Nouvel An chinois et que les concentrations remontent lentement à leurs niveaux normaux, les concentrations restent constamment faibles cette année, jusqu'à maintenant déjà au moins un mois après le Nouvel An chinois, en raison du lockdown et d'autres mesures prises pour réduire la propagation du virus corona.

L'impact du virus corona sur les émissions troposphériques de NO2 n'est bien sûr pas limité à ces grandes villes, mais il est visible dans toute la Chine. Dans la semaine suivant les vacances du Nouvel An chinois 2020, les niveaux moyens étaient inférieurs de plus de 30% à ceux de la Chine au cours de la même période en 2019.

Reduced NO2 emissions over China due to corona virus
(HAUT) Évolution du NO2 troposphérique au-dessus de la Chine (gauche) avant l'épidémie du virus corona, (milieu-gauche) pendant la période d'épidémie du virus corona, (milieu-droite) une période d'une semaine après le lockdown dans la province du Hubei prend effet et les gouvernements locaux recommandent fortement de rester à la maison. Cela coïncide avec les vacances du Nouvel An chinois. Pour prendre en compte l'impact de la baisse d'activité qui existe de toute façon pendant le congé du Nouvel An chinois, l'image de droite montre également la période de 20 jours après les vacances chinoises.
TROPOMI observe clairement le déclin rapide du NO2 troposphérique au-dessus de la Chine au cours du mois de janvier ainsi que des concentrations basses persistantes même après les vacances chinoises.
(EN BAS) Pour comparaison, nous montrons les colonnes de NO2 troposphérique pour une période comparable l'année dernière. Le Nouvel An chinois est ensuite tombé le 5 février 2019.
Contient des données Copernicus Sentinel (2018-2020) modifiées, traitées par l'IASB.

Le satellite Sentinel 5P fait partie de la composante spatiale du programme Copernicus coordonné par la Commission européenne. L'instrument TROPOMI à bord de ce satellite nous fournit des informations sur la qualité de l'air, l'ozone stratosphérique, le changement climatique et les risques naturels tels que les incendies de forêt et les éruptions volcaniques. Ces données sont utilisées pour fournir des informations qualitatives aux gouvernements et aux décideurs. BIRA-IASB joue un rôle clé dans le développement des algorithmes utilisés pour la production opérationnelle des produits SO2, HCHO et ozone. Il contribue également à la validation et l'exploitation des données Sentinel-5p.

Contact

Dr. Maite Bauwens, Scientifique dans le groupe de recherche "Tropospheric Chemistry Modelling",  +32-(0)2 37 30 363
Dr. Karolien Lefever, Chef de service Communication, Karolien.Lefever_AT_aeronomie.be

News image 1
News image legend 1
Illustration de la pandémie du virus corona en Chine.
Image by _freakwave_ from Pixabay.