Skip to main content

Nouvelle détermination de la source globale de monoxyde de carbone

Research Topic Chapter
News flash intro
Le radical hydroxyle (OH) est le principal détergent dans l'atmosphère et son abondance contrôle les concentrations de monoxyde de carbone (CO), un gaz polluant primaire. En conséquence, les émissions de monoxyde de carbone déterminées par modélisation inverse contrainte par des données satellitaires, dépendent de manière cruciale des niveaux de OH simulés avec les modèles. Nous avons combiné des contraintes empiriques sur les niveaux d’OH, les données de CO par satellite provenant du capteur IASI et le modèle atmosphérique IMAGES pour fournir de meilleures estimations des émissions de CO à l’échelle globale.
Body text

Les sources de CO comprennent les émissions directes et la production photochimique due à l’oxydation des hydrocarbures. Le principal puits de CO est sa réaction avec OH. Le CO a donc une forte influence sur la capacité oxydante de l'atmosphère et sur l'élimination des polluants atmosphériques.

Cependant, la plupart des modèles de transport de composés chimiques ne parviennent pas à reproduire les contraintes sur les niveaux d’OH dérivées des observations de méthylchloroforme (MCF).

Dans cette étude, nous avons fixé différents champs OH compatibles avec les données MCF dans le modèle global IMAGES, dans le but de déduire les flux de CO contraints par les données IASI CO. Chaque champ OH conduit à un ensemble différent d'émissions optimisées. Des différences de 40% dans les émissions anthropiques globales optimisées sont constatées en faisant varier les niveaux d’OH, et des différences encore plus grandes sont observées au niveau régional, par exemple en Chine et aux États-Unis.

Des comparaisons avec des observations indépendantes en surface et sur des avions indiquent que l'inversion adoptant le niveau d'OH moyen le plus faible dans l'hémisphère Nord (de 18% inférieure à la meilleure estimation basée sur les mesures de MCF) fournit le meilleur accord global avec tous les jeux de données d'observation.

Références

  • Müller, J. ‐F., Stavrakou, T., Bauwens, M., George, M., Hurtmans, D., Coheur, P. ‐F., Clerbaux, C., Sweeney, C. (2018). Top‐Down CO Emissions Based On IASI Observations and Hemispheric Constraints on OH Levels. Geophysical Research Letters, 45(3), 1621–1629. https://doi.org/10.1002/2017GL076697  ​Open Access
Figure 2 body text
Figure 2 caption (legend)
Rapport en moyenne annuelle des émissions optimisées aux émissions a priori pour la source anthropique, la combustion de la biomasse et les émissions biogéniques, dans les optimisations HN et LN qui supposent que OH est soit très élevé ou très faible dans l'hémisphère Nord, d'après Müller et al. (2018).