Skip to main content

Qualité de l’air à Kinshasa

Research Topic Chapter
News flash intro
L'atmosphère au-dessus de Kinshasa est particulièrement intéressante car les émissions de la forêt tropicale se mêlent à la pollution urbaine. L’IASB a débuté une collaboration avec l'Université de Kinshasa dans le but de quantifier plusieurs espèces atmosphériques clés. Nous avons installé un instrument de type MAX-DOAS à l’Université, exploité en collaboration avec des collègues congolais dans le cadre d’une thèse de doctorat. Peu de mesures locales sont actuellement disponibles en Afrique et notre instrument sera très utile pour la validation de données satellitaires et les modèles de chimie-transport développés à l’IASB.
Body text

Pourquoi mesurer la qualité de l'air à Kinshasa?

L'es mesures par satellite indiquent que l’Afrique centrale est une des zones du monde ou les niveaux de formaldéhyde (H2CO) sont les plus élevés, en raison de la combustion de la biomasse et des émissions de la végétation elle-même.

En outre, Kinshasa souffre d'une mauvaise qualité de l'air, caractérisée par de grande quantités d'oxydes d'azote (NOx = NO et NO2) et de matières particulaires (PM).  Cette pollution est liée à l'utilisation généralisée de combustions domestiques de biomasse pour la cuisine et à la vétusté de son parc automobile . Comme dans les autres mégapoles africaines en croissance démographique, nous nous attendons à ce que la pollution de l'air à Kinshasa se détériore davantage. Des études locales sur la composition de l'atmosphère sont manifestement nécessaires, car très peu de mesures ont été rapportées en Afrique centrale.

 

La collaboration entre l'IASB et l'Université de Kinshasa

Soutenu par la politique scientifique fédérale  belge, l’IASB a initié une collaboration avec l'Université de Kinshasa (Unikin). L’objectif est d’échanger des connaissances sur la chimie de l’atmosphère par le biais de cours et de séminaires et de mesurer la composition de l’atmosphère à Kinshasa.

Depuis mai 2017, nos collègues congolais exploitent un spectromètre compact prêté par l’IASB. L'instrument a déjà fourni des données  sur le NO2, qui peuvent être comparées aux mesures par satellite.

Comme ces premières données semblaient prometteuses, l'IASB a mis au point un nouvel instrument capable de mesurer simultanément le H2CO et le NO2. Il a été testé dans les Ardennes et sera installé sur le toit de l'Unikin en 2019. Ces mesures seront utiles pour valider les produits satellites (par exemple TROPOMI) et les modèles chimiques, certains d'entre eux étant également développés à l'IASB.

Figure 2 body text
Figure 2 caption (legend)
Distribution mondiale de formaldehyde mesuré par TROPOMI dans la période Janvier-Aout 2018 © BIRA-IASB/DLR/ESA/EU
Figure 3 body text
Figure 3 caption (legend)
Figure 2. NO2 columns measured from the ground at Unikin compared with the OMI satellite instrument.
Figure 4 body text
Figure 4 caption (legend)
Test du nouveau système Max-DOAS dans les Ardennes à l’automne 2018